Adour

Le turboréacteur Adour est né d'une coopération entre Safran Helicopter Engines et le motoriste britannique Rolls-Royce, établie en 1965. Les deux sociétés ont fêté les 50 ans du moteur Adour en juin 2015.

Développé initialement pour le biréacteur d'attaque SEPECAT Jaguar et mis en service en 1973, l'Adour a été vendu à plus de 3 000 exemplaires et à neuf pays différents. La flotte mondiale a accumulé plus de 8 millions d'heures de vol.

Ce turboréacteur, fabriqué en coopération, est l'un des programmes de moteur militaire ayant connu le plus grand succès dans l'histoire.

L'Adour a été décliné en treize variantes (avec ou sans postcombustion) et est utilisé pour propulser des avions d'entraînement et de combat légers. Dans ses versions les plus récentes (Adour Mk. 951, Mk. 971 et F405), l'Adour motorise le monoréacteur Hawk Advanced Jet Trainer de BAE Systems, ainsi que le T-45 Goshawk de Boeing/BAE Systems, en service dans l'US Navy. C'est également un moteur Adour qui propulse les démonstrateurs technologiques de drone de combat Neuron de Dassault Aviation, et Taranis de BAE Systems.

L'Adour est un turboréacteur double-flux pouvant fournir une poussée maximale comprise entre 28,9 et 37,4 kN (avec postcombustion). Son architecture se compose d'un compresseur basse pression à deux étages, d'un compresseur haute pression à cinq étages, d'une chambre de combustion annulaire, et d'une turbine haute pression à un étage et d'une turbine basse pression à un étage. Les dernières variantes sont équipées d'une régulation numérique pleine autorité (Fadec) à double canal.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer